ALLER VOIR AUTRE PART,

PENSER,

ET

AGIR AUTREMENT





Alma Adilon Leonardi Vous avez dix minutes? Alors, prenez-les pour écouter cette lycéenne.

Elle vient de remporter le concours de plaidoierie organisé par le Mémorial de Caen.

Elle a choisi pour thème le bout du bout de la vie, celui que nous redoutons tous, et elle l'a transcendé.

Alma, tu as 16 ans, d'où te vient cette maturité, cette profondeur?

Tu sais écrire, tu sais dire, tu sais partager, tu sais vibrer, tu sais penser.

Allez, je me lance: tu sais aimer.

Bravo et merci. Grâce à ta victoire, tu vas partir pour New York visiter le siège de l'ONU.

Bon voyage!



Le cinéma 2 ALIZES à DINARD présente en partenariat avec le groupe ATTAC de St Malo

le film LE DETTE de Nicolas ULBELMANN. La projection du film sera suivie d'un débat avec Philippe ELUSSE, distributeur du film et par ailleurs réalisateur de films qui touchent aux thèmes de la mondialisation et du développement durable.

Synopsis du film: Vous allez enfin savoir pourquoi les caisses de l'Etat sont vides... et où l'argent public s'est volatilisé...

Soyons francs. Jusqu’ici, la dette de la France ne nous avait jamais empêchés de dormir. Mais depuis quelques années, les discours politiques ont fait de cette question du remboursement de la dette une telle obsession, qu’il a bien fallu y regarder d’un peu plus près.

Faut-il privatiser les services publics , vendre notre patrimoine, réduire les salaires, travailler plus longtemps, moins rembourser les médicaments, fermer des hôpitaux et des écoles, augmenter la TVA, les impôts, les taxes en tout genre...

POUR REMBOURSER LA DETTE ? QUELLE DETTE ? La réduction de la dette est aujourd'hui au centre de toute la politique économique et sociale de notre gouvernement. L'argument semble irréfutable, il faut réduire les dépenses pour payer la dette, sinon c'est la faillite. Personne ne peut souhaiter la faillite.Les sacrifices qu'il va falloir faire pour payer cette dette méritent néanmoins qu'on s'attarde sur la logique de l'argument, pour en vérifier la solidité. D'abord de quelle dette parle-t-on? Qui doit à qui ? Combien ? Plus d'infos sur le site: http://ladettelefilm.blogspot.fr/

Philippe ELUSSE :

Né en 1965 à Gassin, après des études à Rennes, il intègre la section cinéma de l’école Louis Lumière à Paris. 
Diplômé en 1986 il commence par travailler en prise de vue pour l’industrie du cinéma, du spectacle et de l’audiovisuel.

En 1990 il produit un premier documentaire dont il signe aussi l’image :"Au bout du chemin d’hiver" de Thibaut Martin, diffusé sur TV5.

Il alterne par la suite documentaires et fictions pour le cinéma ou la télévision, toujours à l’image et à la caméra, et premières réalisations (art contemporain, commandes, magazines TV, architecture, urbanisme).

En 2004 il passe par les Ateliers Varan (cinéma documentaire).

Depuis 2007 il travaille régulièrement au sein de la coopérative Direction Humaine des Ressources, qui a produit "Villetaneuse, construire la ville comme une maison" (avec Thierry Bellanger), "Indices", documentaire de Vincent Glenn, et ses films les plus récents : "De quoi sommes-nous riches ?" et "Tailler le pied à la sandale" (avec Frédéric Thomas) . Filmographie :

2004 : Les enfants d'Eloi Ulysse

2006 : L'ultimo sogno

2008 : Les butineuses de la grande couronne

2010 : Villetaneuse, construire la ville comme une maison

2010 : De quoi sommes-nous riches ?

2011 : Tailler le pied à la sandale

2011 : De quel bois je me chauffe ?

texte associé à l'image Bourse batiment: Le Palais Brongniart, créé sous Napoléon 1er en 1807 pour abriter la Bourse de Paris. On y criait à la corbeille, les ordres d'achat et de vente. Aujourd'hui dématérialisées, les opérations se font à travers des flux informatiques et la Bourse s'est r econvertie pour accueillir des salons et des événements.



ERWAN

Si je partage cette information avec vous c'est que cette initiative me plait.
Qu'en cette période difficile elle peut-être l'occasion de resserrer les liens et d'en créer de nouveaux.
De partager du rêve et de la bonne humeur en limitant les frais.
J'ai assisté hier à une magnifique lecture théâtralisée je sais que cette Cie offre également de venir à domicile présenter cette création.
C'est une véritable chance que de telles initiatives fleurissent. Il ne reste qu'à offrir une terre accueillante et à proposer d'autres graines...

Nous nous sommes isolés devant nos écrans de tv et d'ordinateurs et subissons un mode de pensée formaté.
Peut-être vous ai-je adressé ceci parce que vous êtes vous même qui conteur, comédien, musicien, que vous avez un lieu qui se prête à un accueil...

que sais-je encore...
Si vous le recevez de toutes façons c'est que je vous crois sensible à ce type initiatives.
Peut-être la reprendrez-vous à votre compte ?
Les idées sont faites pour être partagées, reprises, transformées voire conjuguées.
A vous d'en faire ce que bon vous semble.
Et qui sait l'année prochaine ce sera moi que vous accueillerez pour une soirée contée ou vous qui viendrez lire des textes, dire de la poésie, chanter des chansons autour d'un chapeau, d'un gâteau ou d'un apéro
Erwan Porz-Even
Brocéliande

Bonjour à tous,
Le “Petit théâtre sur masure” se permet de vous contacter pour constituer un réseau d’habitants qui souhaitent accueillir des spectacles à la maison.
Le théatre en maison?
L’hiver, on se réfugie dans les chaumières et on allume le feu dans les cheminées. L’été, on transforme les jardins, et on ouvre les portails. Chacune de ces saison est propice à la veillée et aux grandes tablées.
Toutes ces petites bulles ne demandent qu’à s’ouvrir, tous ces espaces de vie ne demandent qu’à être investis.
Le théâtre en maison c’est un théâtre de proximité permettant une intimité et une écoute bien particulière.
La frontière entre les artsites et le public y est transgressée . On peut y ré-inventer ce rapport.
Pour les habitants
Accueillir un spectacle en maison est un prétexte original pour inviter des amis ou même des voisins qu’on croise sans vraiment les connaître. La soirée peut s’organiser en deux temps, un spectacle/ concert puis une "auberge espagnole” où chacun amène quelque chose à boire et à grignoter afin de prolonger la rencontre de manière plus informelle.
En réinvestissant un lieu de vie et en le laissant se métamorphoser selon les règles du spectacle, l’habitant redécouvre son foyer et l’ouvre à la surprise.
Pour les artistes
Le milieu du spectacle est aujourd’hui saturé et soumis à des règles d’anticipation sur plusieurs années. Les artistes passent les trois quart de leur temps à rédiger des demandes de subvention et à solliciter les programmateurs de plus en plus inaccessibles puisque débordés de requêtes. Le théâtre en maison propose une alternative à ce système: un financement autonome et une rencontre directe avec les accueillants et les lieux de jeu.
En venant jouer chez les gens, l’artiste retrouve sa place de colporteur, de troubadour au coeur de la société.
En créant un réseau de théâtre en maison et de compagnies sur plusieurs régions, il est facile de mutualiser les moyens et d’organiser des tournées .
Fonctionnement
Il suffit d’un espace pouvant accueillir au moins 4O personnes. L’artiste et l’hôte définissent ensemble une jauge adaptée au salon, au jardin ou à la grange.
Un système simple de réservation permet de responsabiliser l’habitant, le public et l’artiste qui partagent alors les réseaux, la logistique et les risques. Ils définissent ensemble le prix des entrée en fonction de la jauge . Le “guichet unique” permet à des particuliers de déclarer facilement des artistes occasionnellement.
Mais tout est à inventer ensemble.
Si l’idée vous tente, merci de nous indiquez vos coordonnées :
Nom:
Adresse :
Téléphone :
Votre Espace (salon, grange, jardin…):
Combien de personnes pensez vous accueillir :
Nous vous contacterons pour imaginer ensemble le déroulement et l’organisation d’une soirée.
Si vous voulez simplement être tenu au courant des rendez-vous à venir, vous pouvez également nous envoyer un message sur :
petittheatresurmasure@gmail.com
06 20 49 37 92

Le petit théâtre sur masure
1 chemin du bois Lambin
35250 St Germain sur ille


LANDFILL HARMONIC

Un orchestre né des décharges immondes!!!


LA SOURCE à DINARD

Fondée par Gérard Garouste "La Source" a pour vocation d'aider les jeunes de 6 à 18 ans , connaissant des difficultés sociales, familiales et scolaires à développer leur créativité artistique.
"Favoriser l'épanouissement de l'enfant, l'éveiller à l'art dans la perspective d'en faire un être de désir".
"Au commencement, mon rêve à la source a été de fonder un lieu de libération, de création, de chercher à donner aux enfants défavorisés des clés pour avancer".
La première est la tolérance, découverte au contact des artistes. La deuvième est la curiosité". Bravo pour cette fabuleuse initiative!!!
Contact: 47 Bd Féart à DINARD.


AVF Pays de Dinard

Accueil des villes françaises vous aide à créer un tissu relationnel.
Les animations, les sorties, les repas seront autant d'occasions de rencontres et d'échanges.
Contact: avfdinard@free.fr
02 99 16 09 63


UFC QUE CHOISIR

Une adresse pour se faire entendre dans nos litiges. Une aide bien précieuse actuellement quand on n'a plus aucun bureau pour se faire entendre.
Maison des Associations
35, rue E.RENAN
35400 SAINT MALO
02 99 56 80 47


Je change de banque

Accaparement des richesses, soutien à une économie anti­éologique et anti­social e, évasion fiscale généralisée, déstabilisation des économies locales...
Les banques représentent un immense chantier pour un projet de société alternatif !
Mais, bonne nouvelle ! Nous avons le pouvoir de changer les choses. Car si leur puissance est immense, les banques et les "marchés financiers" n’existent que grâce à chacun de nous, à notre confiance et notre épargne.
Changer de banque pour un établissement plus responsable, ou investir son argent dans des projets qui ont du sens, voici quelques pistes pour ne plus contribuer au casino financier.
Accueil»La (R)évolution des Colibris»Localiser l'économie»5 actions pour localiser l'économie
Je change de banque
Accaparement des richesses, soutien à une économie anti-écologique et anti-sociale, évasion fiscale généralisée, déstabilisation des économies locales... Les banques représentent un immense chantier pour un projet de société alternatif !
Mais, bonne nouvelle ! Nous avons le pouvoir de changer les choses ! Car si leur puissance est immense, les banques et les "marchés financiers" n’existent que grâce à chacun de nous, à notre confiance et notre épargne. Changer de banque pour un établissement plus responsable, ou investir son argent dans des projets qui ont du sens, voici quelques pistes pour ne plus contribuer au casino financier. Vers quelle banque aller ?
Plusieurs critères interviennent quand on envisage de changer de banques : investissements dans l’économie sociale, solidaire et écologique, transparence, évasion fiscale dans les paradis fiscaux... Deux sites sont là pour vous y retrouver. JeChangeDeBanque.org
Créé par le député européen Pascal Canfin et le collectif Sauvons les riches, ce site donne les clés pour bien choisir sa banque, et indique la marche à suivre pour opérer le changement.
>>> Www.jechangedebanque.org
FinanceResponsable.org
Un site créé par Les Amis de la Terre. L’association a réalisé une étude très poussée de 9 grandes banques françaises, selon plusieurs critères : environnement, climat, transparence, paradis fiscaux. Toutes les infos pour choisir votre banque, votre produit d’épargne, ainsi que votre assurance ! Vous trouverez aussi sur le site un guide éco-citoyen "Comment choisir sa banque”. Un document très didactique, où vous découvrirez les projets controversés financés par les grandes banques françaises à l’étranger : centrale nucléaire en Bulgarie, production de bombes à sous-munitions, projets pétroliers en Birmanie, grand barrage au Laos... Pour faire son choix en toute conscience ! >>> Financeresponsable.org
Sans surprise, les deux sites plébiscitent la Nef, dont 100 % des investissements relèvent de l’économie locale et du développement durable, ainsi que le Crédit Coopératif. Des alternatives à la banque
Les banques ne sont pas les seuls établissements où l’on peut placer son argent. Des fonds d’investissements citoyens et éthiques existent, pour développer des projets alternatifs. Un bon moyen de mettre la finance aux services d'une transition écologique et citoyenne de la société ! Terre de liens, Bâti Cités et Énergie partagée, ont été créés en partenariat avec la Nef, dans l'objectif de financer : L'installation de paysans bio et la "déprivatisation" des terres arables ;
Des unités locales de production d'énergies renouvelables ;
Des projets d’habitats écologiques, participatifs et sociaux.
Aller plus loin
Colibris, coopérer pour changer
Webzine
Colibris
Comprendre
Changer
Agir
Ensemble
Accueil
Faire la (r)évolution ?
C’est quoi un Colibri ?
Soyons le changement
Les campagnes
Localiser l'économie
Planter ce que nous mangeons
Révolutionner l'éducation
Réinventer la démocratie
Economiser et produire de l'énergie (renouvelable)
Le plan des Colibris
Les actions
Des exemples pionniers
Agenda
1-05-2013
Campagne "Planter ce que nous mangeons : on le fait !" Partout en France.
4-05-2013
Grande mobilisation citoyenne sur la thématique "Se nourrir" En partenariat avec les Incroyables Comestibles, retrouvons-nous dans les rues de nos villes pour planter ce que nous mangeons ! 1-09-2013
Campagne "Révolutionner l'éducation : on le fait !" La (R)évolution des Colibris continue avec une prochaine campagne sur le thème "Eduquer".
1-01-2014 "Réinventer la démocratie : on le fait !" La (R)évolution des Colibris continue avec une prochaine campagne sur le thème "Démocratie". Plus d'infos très bientôt sur ww.revolution-colibris.org


Terre et humanisme


Agroécologie en Bretagne


La ferme des enfants


Permaculture en Normandie






L’action des incroyables comestibles est une initiative citoyenne ouverte à tous !

Géniales iinitiatives !!
La révolution des "Incroyables Comestibles"

En découvrant les incroyables comestibles pour la première fois, plusieurs personnes ont posé la même question : mais si les fruits et légumes sont gratuits partout dans la ville de Todmorden, comment l’économie locale peut-elle s’en sortir ? Ou encore, que deviennent les maraîchers locaux ou les marchands de légumes ? Nous allons tenter de regarder de près cet aspect des choses essentiel, puisqu’il concerne l’argent et les revenus, ainsi que la richesse produite par ce nouveau mode de vie totalement transparent, éthique, solidaire et co-responsable.

Nourriture à partager

En fait, la réponse est simple. Le processus des incroyables comestibles est un catalyseur. Il permet d’aider à opérer un changement de regard qui conduit à créer une autre façon de vivre harmonieuse, féconde et bienveillante. Les habitants quittent la croyance erronée que tout est séparé, divisé, et conflictuel pour survivre, et prennent conscience qu’en réalité, tout est relié et interagit. Par conséquent, du point de vue collectif, si vous agissez avec des intentions de dialogue, de respect de l’autre, sans jugement, en acceptant les différences de chacun, dans le partage et les coopérations à tous les niveaux, vous créez une nouvelle dynamique vertueuse, et donc, au bout du compte, une nouvelle économie vertueuse. Il y a une co-responsabilité de chaque co-créateur dans ce nouveau type d’échange.

Allez-y! Servez-vous, c'est gratuit!

Maintenant, qu’en est-il de l’économie locale des territoires de plus en plus nombreux qui font le choix de ce nouveau système ? Nous dirions, qu’avec ce nouveau regard et cette nouvelle façon d’agir individuellement et collectivement, il y a un changement complet du cadre initial qui offre de nouvelles perspectives inédites. Par exemple, il y a une quantité croissante de bacs de plantations sur l’espace public de Todmorden où on peut se servir des fruits et légumes gratuitement. Il est évident que la totalité des bacs de partage ne suffit pas à nourrir toute la population des 14.000 ou 15.000 habitants. Mais, grâce à l’action de ces bacs de partage, le catalyseur, les gens ont changé de regard, et de fil en aiguille, d’attitude et de comportement. Alors, chacun agit différemment dans son quotidien par la conscience qu’on est co-responsable et donc co-créateur du tout, c’est à dire de l’ensemble du système, de l’ensemble de la communauté locale. Il y a par conséquent un désir de plus en plus fort d’aider l’autre, car en aidant l’autre, on renforce toute la communauté, et donc soi-même.

Prenons un exemple concret pour illustrer la façon dont le changement s’opère. Vous avez un apiculteur qui produit avec ses abeilles une certaine quantité de miel dans une petite entreprise familiale locale. Cet apiculteur vit de son activité. Et avec les revenus du miel qu’il produit chaque année, il doit satisfaire les besoins de son foyer. Dans l’ancien système séparé, cet artisan va vendre son miel sur le marché de la commune. Cela ne suffit pas à écouler son stock. Alors, il va passer un temps considérable à aller de plus en plus loin de chez lui pour vendre sur les marchés des villages voisins. Cet apiculteur arrive ainsi difficilement à vendre au meilleur prix 30 ou 40, voire 50 % de sa production. Pour le reste, il va devoir céder son stock invendu localement à des distributeurs intermédiaires, à des prix très bas, où son miel partira on ne sait où.

Or, c’est « la vente obligée » auprès de ce distributeur qui fait que ce petit producteur abandonne sa marge bénéficiaire, le fruit de son travail. Et ainsi, comme de nombreux petits producteurs agissant dans le système de la compétition, il est toujours sur le fil du rasoir et a du mal à s’en sortir. Pendant ce temps, les habitants de sa commune qui n’ont pas acheté le miel au marché, représentant la plus grande quantité de la consommation locale dans les pratiques consuméristes de l’ancien système, vont se rendre dans des boutiques d’approvisionnement de chaines de distribution et acheter du miel produit, la plupart du temps, à des distances éloignées du lieu de fabrication, voire à l’autre bout du monde. Ce sinistre scénario se reproduit actuellement pour de nombreux artisans et petits producteurs locaux partout.

Dans le cas de la ville de Todmorden, ou de toutes les autres qui ont fait le choix de changer de pratique par ce changement de regard, on recherche tout ce qu’il est possible d’imaginer pour arriver à l’autonomie alimentaire locale. Et fin 2011, les habitants de Todmorden étaient délà à 83 % de cet objectif, après trois années d’expérimentation du processus. Imaginez le gain pour chaque producteur local, comme notre apiculteur, lorsque tout, ou presque tout, est produit et consommé localement. L’apiculteur n’a plus besoin d’abandonner sa marge à des intermédiaires. Il retrouve une certaine sérénité, car il n’est plus en tension perpétuelle avec un avenir incertain, ni constamment sur le fil du rasoir. C’est pareil pour tous les autres fermiers, maraichers et artisans locaux. Il suffit de les écouter s’exprimer dans le reportage vidéo « Incredible Edible Todmorden ». On a changé de système.

Les commerçants locaux ne sont pas perdants non plus, parce que il y a un rééquilibrage des ventes. Ce qui est produit localement est privilégié par les clients qui sont devenus des consommateurs éco-responsables et solidaires à l’échelle de toute la collectivité. De plus, la collectivité locale qui était en déclin depuis une centaine d’années, retrouve une nouvelle dynamique car elle rayonne. On cherche des guides interprètes des langues du monde entier pour accompagner les visiteurs étrangers de plus en plus nombreux à venir à Todmorden pour comprendre comment une telle économie vertueuse est possible et applicable partout, seulement par le fait de changer de regard.

Nous tenterons tout au long de cette expérience des incroyables comestibles de partager sur ce site les exemples de plus en plus nombreux, ainsi que les témoignages d’acteurs qui deviennent les co-créateurs de cette nouvelle économie vertueuse basée sur le partage et la co-responsabilité.

Vous êtes toutes et tous les bienvenus dans cette belle expérience qui n’est plus du domaine de l’utopie, mais bien une nouvelle réalité pour de plus en plus de gens dans de nombreux pays, comme vous pouvez vous en rendre compte sur la carte géographique de localisation des incroyables comestibles dans le monde. Le lien de cette carte est ICI. Sur les onglets du menu horizontal du haut de page du site, vous pourrez prendre connaissance, pays par pays, territoire par territoire, communauté locale par communauté locale, que l’abondance partagée produite par les incroyables comestibles est bien devenue une nouvelle réalité pour de plus en plus d’habitants partout dans le monde, ou en phase de le devenir selon le choix des acteurs.

Par la transparence, la sincérité, l’intégrité, la confiance est restaurée.
C’est la raison pour laquelle, les enfants sont nos guides.


HISTOIRE de FRELAND


AUROVILLE en INDE

Un projet fou; créer une forêt tropicale luxuriante au mimieu du désert...et...

HISTOIRE

AUROVILLE EN IMAGES


MARINALEDA en ANDALOUSIE

Marinaleda, une utopie vers la paix.

ÉMISSIN DE Daniel Mermet ( Il faut laisser passer les 1èrs coups de fil et vous arrivez au reportage).

Histoire de Marinaleda

Quelques images

Reportage en espagnol

DES PHOTOS



FINDHORN

HISTOIRE

PETIT PASSEPORT

Quelques images

LEUR SITE INTERNET


EL SISTEMA: INOUÏ FABULEUX

Au Vénézula, pour sauver des milliers d'enfants de la violence et de la drogue, José OBREO, a ouvert dans tout le pays, des écoles de musique, où l'on peut y entrer dès l' âge de trois ans;

résultat: tout un pays musicien !!!!!

On pourrait s'en inspirer!!! NON????

Quelques vidéos:

SISTEMA 1ère partie

SISTEMA 2ème partie

Un peu plus d'infos


Parcours de vie hors-normes

BUNKER ROY


Fabuleux!
Pierre RABHI
ASSOCIATION COLIBRI


ABBÉ PIERRE et sa FONDATION




RETOUR